Les bâtiments biosourcés et les labels

Les bâtiments biosourcés

Un bâtiment est biosourcé lorsqu’il est construit avec des matériaux biosourcés, c’est-à-dire avec des matériaux qui intègrent dans leur composition des matières premières d’origine végétale (bois, chanvre, lin, coton recyclé, ouate de cellulose, paille de blé…). Les matériaux biosourcés sont donc issus de ressources renouvelables.

En dehors du bois d’œuvre, les principaux produits de construction biosourcés actuellement sur le marché sont les isolants biosourcés, les bétons biosourcés, et les produits d’aménagement intérieur. On trouve également des matériaux composites pour l’extérieur (lames de bardage, éléments de terrasse ou de clôtures, etc.).

En marge de leurs performances techniques validées et reconnues par les professionnels, les matériaux de construction biosourcés contribuent à limiter à la fois les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et le prélèvement continu et toujours croissant de ressources en matières premières fossiles.

Un bâtiment qui stocke du carbone

Plus un bâtiment intègre des matériaux biosourcés – autrement dit, de la « masse » végétale – plus il stocke du carbone issu de la réaction de photosynthèse des végétaux qui le composent. Ce carbone renouvelable est aussi appelé carbone biogénique.

La quantité de carbone renouvelable (ou biogénique) intégré dans un produit est un indicateur qui représente deux caractéristiques environnementales importantes, reconnues dans la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte :

1. Le caractère renouvelable du produit

Le produit n’épuise pas des ressources finies.

2. La quantité de CO2 capté dans l’atmosphère

Le produit contribue à limiter le réchauffement climatique.

Le stockage carbone est donc un indicateur environnemental. Il sera intégré dans la règlementation environnementale des bâtiments en 2021, avec l’arrivée de la RE2020.

Avec l’avènement des produits biosourcés, le secteur du bâtiment, grand consommateur de matières premières et responsable de 40 % des émissions de CO2 générées par l’activité humaine, est donc appelé à s’inscrire pleinement dans la bioéconomie.

Les labels

Il existe deux principaux labels pour valoriser la construction biosourcée en France : un label bâtiment d’initiative publique, et un label produit d’initiative privée.

Le label « Bâtiment biosourcé »

« Bâtiment biosourcé » est aussi le nom d’un label créé par les pouvoirs publics et mis en place par l’Arrêté du 19 décembre 2012 pour développer l’usage de matériaux biosourcés dans la construction. Le label « Bâtiment biosourcé » inclut toutes les typologies de bâtiments. La sortie d’une nouvelle édition du label est prévue pour 2021.

Le label « Produit biosourcé »

Le label “Produit Biosourcé” apporte visibilité et transparence sur la quantité de matière biosourcée incorporée dans les produits.

La norme européenne de terminologie NF-EN 16575 définit un produit biosourcé comme étant « un produit qui intègre dans sa composition une part de biomasse, d’origine végétale ou animale ». Or, elle n’indique pas de pourcentage minimum : un produit biosourcé avec seulement 5% de matière biosourcée peut donc être considéré, et vendu, comme tel.

Le label “Produit Biosourcé” a donc pour objet de garantir le contenu en matière première biosourcée des matériaux. Il a été créé à la demande des acteurs de l’immobilier et des industriels qui y voient un moyen de clarifier l’offre de produits biosourcés en communiquant en toute transparence sur le contenu en matière biosourcée des produits.